Souvenir de Florence

 

 

Ô Florence, Ô fléaux,
quelle âme est sans défauts ?

Ô Florence, Ô fléaux !
Je ferais tout je jure
pour que ma mère soit pure.
Les Médicis corrompus
ont écrasé ta vertu.
Mais d’ici je le dis
pour toi je me sacrifie.
Le mal inscrit dans ton corps
Oublié ! Par mes efforts.
Atteindrai-je la folie,
Sortant le mal de ton lit ?

Ô Florence, Ô fléaux !
Et, si le malheur m’entraîne,
Ma disgrâce est certaine.
Nul doute que mon courage
Ne fasse tourner la page.

Ô Florence, Ô fléau !

Lorenzaccio

 

 

__________

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *