La douceur de l’air

 

blog7_1_15_DSF2065

 

A la très-chère, à la très-belle
Qui remplit mon cœur de clarté,
A l’ange, à l’idole immortelle,
Salut en l’immortalité ! Baudelaire

 

__________

 

 

blog8_1_15_MG_2332b

 

JE DÉDIE CETTE BELLE FEMME NUE A GEORGES WOLINSKI.

 

__________

 

 

Souviens-toi des foules en attente
Et de l’espoir trouvé,

De l’épaisseur commune
Où vous aviez racine,

De l’espace innocent
Où vous chantiez un chant
De glorieuses corolles

Que l’espace voulait
Porter vers d’autres jours. Guillevic

 

__________

 

 

blog10_1_15_DSF2073

 

Son manteau traînait comme un soleil couchant
et les perles de son collier étaient belles comme des dents.
Une neige de seins qu’entourait la maison
et dans l’âtre un feu de baisers.
Et les diamants de ses bagues étaient plus brillants que des yeux. Desnos

 

 

__________

 

 

blog12_1_15_MG_2303b

 

Oh! de même être nus, chercher joie et repos,
Le front tourné vers sa portion glorieuse
Et libres tous les deux murmurer des sanglots ? Rimbaud

 

__________

 

 

blog14_1_15_MG_2310b

 

Nuit de chairs confrontées
Nuit de sangs confondus

Nous aurons bu ta flamme
Jusqu’à brûler notre ombre

A rompre enfin le cri François Cheng

 

__________

 

 

blog16_1_15_MG_2761b

 

Ô le bel éclair
Entre chair et chair
Qu’échangent les cœurs Paul Valery

 

__________

 

 

blog18_1_15_DSF2061

 

C’est ainsi que je te voulais
sur le grand lit écartelée
et toute pudeur en allée

Je t’ai connue tulipe close
puis un vent noir nous emporta
vers de pourpres jardins aux roses
où tu naquis entre des draps

Souveraine et impénitente
nue mais plus nue de le savoir
pour les solennelles ententes
de nos nuits comme des mouroirs

C’est ainsi que je t’ai volée
sur le grand lit écartelée
et toute pudeur en allée Louis Calaferte

 

__________

 

 

blog20_1_15_MG_2307b

 

Il y a le cri des Sabines au moment de l’enlèvement
Le chant nuptial de la Sulamite
Je suis belle mais noire
Et le hurlement de Jason
Quand il trouva la toison
Et le mortel chant du cygne quand son duvet se pressait entre les cuisses
bleuâtres de Léda
Il y a le chant de tout l’amour du monde
Il y a entre tes cuisses adorées Madeleine
La rumeur de tout l’amour comme le chant sacré de la mer bruit tout entier
dans le coquillage Apollinaire

 

__________

 

 

blog22_1_15_MG_8927c

 

Mise à nue dans la dentelle
la bouche parfumée
le pipi coule de ses jambes

L’odeur maquillée de la fente
est laissée au vent du ciel

un nuage
dans la tête
se réfléchit à l’envers
une merveilleuse étoile
tombe
cœur criant comme la bouche

le cœur manque
un lis est brûlant
le soleil ouvre la gorge.

Georges Bataille

 

__________

 

 

blog24_1_15_DSF2069b

 

Du temps que la Nature en sa verve puissante
Concevait chaque jour des enfants monstrueux,
J’eusse aimé vivre auprès d’une jeune géante,
Comme aux pieds d’une reine un chat voluptueux.

J’eusse aimé voir son corps fleurir avec son âme
Et grandit librement dans ses terribles jeux ;
Deviner si son coeur couve une sombre flamme
Aux humides brouillards qui nagent dans ses yeux ;

Parcourir à loisir ses magnifiques formes ;
Ramper sur le versant de ses genoux énormes,
Et parfois en été, quand les soleils malsains,

Lasse, la font s’étendre à travers la campagne,
Dormir nonchalamment à l’ombre de ses seins,
Comme un hameau paisible au pied d’une montagne. Baudelaire

 

__________

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *