Des vies d’arbres

 

 

 

 

J’ai plaqué mon chêne
Comme un saligaud
Mon copain le chêne
Mon alter ego
On était du même bois
Un peu rustique, un peu brut
Dont on fait n’importe quoi
Sauf naturellement les flûtes
J’ai maintenant des frênes
Des arbres de judée
Tous de bonne graine
De haute futaie
Mais toi, tu manques à l’appel
Ma vieille branche de campagne
Mon seul arbre de Noël
Mon mât de cocagne

Auprès de mon arbre
Je vivais heureux
J’aurais jamais dû
M’éloigner de mon arbre
Auprès de mon arbre
Je vivais heureux
J’aurais jamais dû
Le quitter des yeux…

Brassens

 

 

__________

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *