Paysage excessif – 14

 

 

Ainsi va le temps. La saison revient, la mer revient, le vent tourne, les oiseaux partent et reviennent. Le temps coule, porosité sableuse, fuite immobile. Qui a vu passer le temps ? Est-il tranquille, inquiet, s’arrête t-il ou bien suit-il toujours son cours imperturbable ? S’arrête t-il pour respirer l’air iodé sur la mer éclatante et jeune ? S’enroule t-il sur lui-même ? Mais les astres s’éloignent, le temps s’évanouit dans l’espace, l’épine noire se revêt de splendeur immaculée près des ajoncs au-dessus de l’écume. Le temps ne s’écoule pas. Il passe très loin, très vite : nous restons immobiles, tournant dans nos routines.

René Le Corre

 

 

__________