Gribouillis

 

Cy Twombly

 

Les «Gribouillis au bureau» de Yannis Barth sont des dessins systématiques, de petit format, réalisés pendant le temps de travail. Car il gribouille, encore et toujours, de manière vive et rapide, des volumes géométriques réalisés au crayon Bic – noir, bleu, «mélangés» – ou tout ce qui traine sous sa main, sur tous types de supports, des post it, des chutes de papier, de carton. A profusion… L’artiste se laisse emporter dans une frénésie inconsciente pour satisfaire son besoin de production et d’accumulation.

Rien n’est répréhensible dans sa pratique, rien qui puisse être motif de licenciement. L’entreprise pour laquelle il travaille ne peut pas lui faire de reproches, ne peut pas le blâmer, puisqu’en même temps il continue de travailler. Il reste «productif». C’est sa manière à lui, avant la commercialisation de l’œuvre si elle doit avoir lieu, de rémunérer sa production artistique au moment même de sa conception. «L’œuvre est déjà rémunérée». Du temps perdu pour l’entreprise? Non! Il pourrait rester attendre que la machine travaille… Ne rien produire. Finalement non, il produit, même plus qu’un opérateur reprographe habituel ferait, puisqu’en même temps, il créé. Plus son monde professionnel s’informatise et plus Yannis Barth va vers l’essentiel, le manuel… L’Art qui le transcende depuis toujours.
paris-art.com

 

 

__________

 

 

 

2 réflexions sur « Gribouillis »

  1. Beau contraste entre la matière sombre et soyeuse de la mer, et la sécheresse pointe Bic de Cy Twombly, entre l’encre violette de la mer et son mouvement horizontal et les teintes d’aquarium du graffti… dans leur mouvement vertical.
    On ne parle pas de tocs pour les artistes…
    La version noir et blanc affadit la proposition.

  2. Oui, la couleur apporte de la profondeur au graphisme, et… du plaisir au photographe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *