Deux paysages salis

 

 

le vent, dans le velours des automnes qui tremblent
tu te souviens du vent (les soieries de septembre
et le Septentrion) or la mort qui fait vite
le tour des vieux jardins où tu jouais enfant
parle plus bas le ciel couvert s’effrite et l’ombre
des disparus s’égare avec la voix du vent
Jean-Claude Pirotte

 

__________

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *