Mauvaise rencontre

 

 

Toute mie, onduleuse et le torse vibrant,
La fleur des lupanars, des tripots et des bouges
Bouclait nonchalamment ses jarretières rouges
Sur de très longs bas noirs d’un tissu transparent,

Quand soudain sa victime eut ce cri déchirant
« Je suis dans un brouillard qui bourdonne et qui bouge
Mon oeil tourne et s’éteint! où donc es-tu, ma gouge ?
Viens ! tout mon corps tari te convoite en mourant ! »

A ces mots, la sangsue exulta d’ironie :
« Si tu veux jusqu’au bout, râler ton agonie,
Je t’engage, dit-elle, à ménager ta voix ! »

Et froide, elle accueillit, raillant l’affreux martyre,
Ses suprêmes adieux par un geste narquois
Et son dernier hoquet par un éclat de rire.

Maurice ROLLINAT

Mauvaise rencontre
Je n’sais pas où aller
Meilleur des mondes
Demain j’arrête
Sur une liste noire
Une belle plante
Mais carnivore
Il faudrait que je dorme
Mauvaise rencontre
Quand te reverrai-je ?
Mauvaise rencontre
Quand te reverrai-je ?
Lolita butte
Sur le bitume
Les bras en croix
Cherche le scandale
Police du cœur
J’ai pas mes papiers
Partie remise
Aaaaaaaaaah
Si je suis black
Et mortifère
Mauvais esprit
Mauvaise conscience
Fraîcheur de vivre
A fond la forme
Mauvaise rencontre
Quand te reverrai-je ?
Mauvaise rencontre
Quand te reverrai-je ?
Mercurochrome
Appel au calme
Prosit Prosit
Alister

__________

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *