Pygmalion

 

 

Et je suis soucieux de ta grande beauté
Bien plus que tu ne peux toi-même en être fière:
C’est moi qui l’ai conçue et faite toute entière
Ainsi, belle œuvre d’art, nos amours ont été
seront l’ornement du ciel et de la terre,
O toi, ma créature et ma divinité !
Apollinaire

 

 

 

 

J’aime le souvenir de ces époques nues,
Dont Phoebus se plaisait à dorer les statues.
Alors l’homme et la femme en leur agilité
Jouissaient sans mensonge et sans anxiété,
Et, le ciel amoureux leur caressant l’échine,
Exerçaient la santé de leur noble machine.
Cybèle alors, fertile en produits généreux,
Ne trouvait point ses fils un poids trop onéreux
Mais, louve au cœur gonflé de tendresses communes,
Abreuvait l’univers à ses tétines brunes.
L’homme, élégant, robuste et fort, avait droit
D’être fier des beautés qui le nommaient leur roi ; <
Fruits purs de tout outrage et vierges de gerçures,
Dont la chair lisse et ferme appelait les morsures !
Baudelaire

 

__________

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *