L’appel du large – 1

 

 

blog14_9_16_dsc3588b

 

 

… un jour

propre et net, ouvert comme un lit, un quai
à l’heure des adieux – et le mouchoir qu’on tire
est le même qu’hier où les larmes ont séché
– un lit de pierres, et c’est là où nous sommes,

occupés à nous taire longuement,
à contempler par cœur la mer au plafond
comme les poissons rouges du bocal,
avec une fois de plus, une fois encore

tout un dimanche autour du cou.

Guy Goffette

 

 

blog13_9_16_dsc3895b

 

 

__________

 

 

2 réflexions sur « L’appel du large – 1 »

  1. … » Je hais les dimanches!  » la chanson si souvent recommencée. Au bout de combien de temps en a t-on tellement marre de contempler la mer qu’on ne pense plus qu’à la ville?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *