Trois jours à Gênes – 5

 

Comment profite-t-on de la mer lorsque l’on est Génois ?

On peut prendre le bus, qui, après quelques tunnels et la traversée de quartiers intermédiaires, amène à Bocadasse ou à Nervi. La plage est exiguë, mais toute avancée sur la mer, rocher ou béton est utilisée pour se délasser :

 

blog2_9_16_DSC3315

 

blog2_9_16_DSC3318

 

Le littoral est découpé en territoires, bien isolés les uns des autres, ou tout un chacun trouve son bonheur.

 

blog2_9_16_DSC3322

 

Les plages sont privées, et les parasols les couvrent d’un réseau serré.

 

blog2_9_16_DSC3324

 

On peut remarquer, à droite de la dernière photo, un tas d’agrégats de la même couleur que la plage. Le « sable » serait donc le résultat du fin concassage de ces roches grises ? Celles-ci sont entreposées dans un immense hangar et le toit de ce hangar donne enfin un peu de liberté à ce littoral surexploité.

 

blog2_9_16_DSC3326

 

Si l’on est touriste, on peut découvrir le littoral plus lointain en se rendant en bateau aux « Cinque Terre ». Ce sont cinq charmants villages nichés dans les creux d’un littoral découpé, orné d’une luxuriante végétation méditerranéenne. C’est la description convenue, et elle contient sa part de vérité. Mais le 15 août, ce sont cinq enfers touristiques qu’il faut éviter à tout prix.

Vu de loin, tout est beauté et dolce vita:

 

blog2_9_16_DSC3360

 

Si l’on regarde avec attention le chemin qui mène au village, en bas à gauche de la photo, on voit la file quasi ininterrompue de marcheurs qui jouent à la chenille processionnaire de village en village. A l’intérieur des bourgs, les gares éjaculent par saccades leurs wagons de touristes avides d’authenticité. Par comparaison, les arrivées en bateau représentent l’accès le plus privilégié à ces villages.

Impossible de prendre des photos : la densité d’êtres humains est telle que l’on ne peut pas décoller les bras du corps. Une petite affiche ringarde dans une ruelle périphérique réjouit l’amateur de culture populaire :

 

blog2_9_16_DSC3377

 

et le retour à la plage replace dans la réalité :

 

blog2_9_16_DSC3379

 

Allez-y en février !

 

Les deux heures de bateau qui permettent d’accéder aux « Cinque Terre » offrent de beaux panoramas sur la cote ligure.

 

blog2_9_16_DSC3409

 

blog2_9_16_DSC3383

 

blog2_9_16_DSC3355

 

blog2_9_16_DSC3349

Portofino

 

Et retour à la civilisation :

 

blog2_9_16_DSC3438

 

blog2_9_16_DSC3401

 

Enfin le port de Gênes.

 

blog2_9_16_DSC3331

 

On n’a pas évité la foule, mais on a évité les coups de soleil… Il ne reste plus qu’à manger sur le port des pâtes ligures en méditant sur l’avenir écologique d’une telle planète.

 

__________

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *