Léman, crépuscule – 7

 

blog20_11_15_DSF2869

 

Bel sire Guenes» dist marsilies li reis,
«Jo ai tel gent, plus bele ne verreiz;
Quarte cenz milie chevalers puis aveir.
Puis m’en cumbatre a Carlles e a Franceis?»
Guenes respunt: «Ne vus a ceste feiz!
De voz paiens mult grant perte i avreiz.
Lessez (la) folie, tenez vos al saveir.
L’empereür tant li dunez aveir,
N’i ait Franceis ki tot ne s’en merveilt.
Par .XX. hostages que li enveiereiz
En dulce France s’en repairerat li reis;
Sa rereguarde lerrat derere sei:
Iert i sis nies, li quens Rollant, (…) ço crei,
E Oliver, li proz e li curteis.
Mort sunt li cunte, se est ki mei en creit.
Carlles verrat sun grant orguill cadeir;
N’avrat talent, que ja mais vus guerreit.»

Chanson de Rolland

 

 

__________

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *