Récits ferroviaires – 9 janvier 2015

 

blog17_3_15_DSF1261b

 

 

La pluie épaisse et noire accablait les quais du RER.
Ma valise m’encombrait. Il s’est penché, l’a empoignée et l’a calée entre nous contre la fenêtre. Un regard. Un sourire. « Merci ! » Il y avait encore de la place. Il n’avait fait qu’anticiper la foule qui allait suivre.
Un couple a occupé les banquettes. La femme à côté de lui. L’homme à côté de moi. C’était l’heure du retour chez soi. Ou de la sortie du samedi soir. Ce soir d’hiver, sous la pluie.
Le couple échangeait dans une langue qui m’était étrangère.
Il m’observait à la dérobée. Une peau de miel. Des yeux vifs. Une très belle jeunesse, douce et tranquille.
Son i-phone a vibré. Il a décroché à voix basse. Lui aussi parlait une langue très étrangère. Non identifiable. J’ai remarqué sa bague. Une pierre orange sertie dans un métal argenté. J’ai remarqué sa montre. Un véritable tableau de bord avec plusieurs cadrans. Je me suis demandée à quoi pouvaient servir autant d’informations. J’ai décidé qu’il était afghan. Venu faire des études en France. Qu’il avait peut-être été traducteur pour les armées d’occupation. Et qu’il avait fui à temps avant le départ des troupes « alliées ». Un cadran sur sa montre restait là-bas…
Dans la rame, personne ne parlait la même langue. Sans insistance, sans regard pesant, il me regardait regarder. Personne, ce jour-là, n’était indifférent à la personne en face de soi. Les mots soudain manquèrent. J’aurais pu dire, la pluie … La pluie sur le sol. La pluie sur la vitre. On ne pouvait pas parler de la pluie. Chaque regard dérobé révélait que rien n’était dit.
Ma valise a glissé vers lui. Je me suis empressée de la retenir. Il a dit : « Ce n’est pas grave ! » et son regard appuyé martelait : « Ce n’est pas grave ! ». J’ai l’esprit d’escalier. Rien ne venait. « Ce n’est pas grave ! » a t’il répété et sa voix était lente et lasse. C’est tout ce que j’ai trouvé : « Non, vraiment… Ce n’est pas grave ! »

Le 9 janvier 2015

 

 

__________

 

 

Récits Ferroviaires s’achève aujourd’hui. Trajets pluvieux et fin d’hiver.

Pour ceux qui aiment avoir une vue d’ensemble vous retrouverez ces récits défilant continûment sur le site Une Rose dans les ténèbres, en cliquant en haut à droite  dans les pages, sur le titre de la rubrique.
Pour ceux dont cette série a retenu l’attention, vous vous intéresserez peut-être à nos « essais » précédents : D’Ombre et d’eau, et Marée Basse 1 et 2...
Vos commentaires, vos remarques, vos appréciations, vos préférences sont bienvenus…sur le blog de préférence!
Merci à vous de votre passage…
Que le printemps commence!

2 réflexions au sujet de « Récits ferroviaires – 9 janvier 2015 »

  1. J’ai passé pendant des jours et des années beaucoup de mon temps dans les trains « intercités » en partie à regarder les autres . Je retrouve un peu de ce temps à travers cette photo et ce texte. Merci

  2. Et merci de votre passage M.HR. On retrouve dans les trajets en train les grands principes du théâtre: unité de temps, de lieu. « Regarder les autres « est quand même une activité passionnante…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *