L’ère glaciale – 8

 

blog19_1_15_DSF2025b

 

Un document publié le 3 décembre par le « Département des prisonniers et des affaires de la femme » du groupe terroriste Daech, explique à travers des détails écœurants, ce qu’il faut faire à une femme esclave sexuelle, dévoile le Mail Online. Quand la battre, dans quelles circonstances son viol est justifié ou combien elle coûte : autant de détails choquants qui circulent à présent sur les réseaux sociaux de l’organisation.

Le document explique également les « règles politiques » à suivre pour se procurer une esclave. Définies par le Conseil Shura – une sorte de conseil consultatif religieux qui se dit basé sur le Coran – ces règles stipulent que ces femmes peuvent être emprisonnées et violées sur une base quotidienne, par des militants qui les achètent comme esclaves.

 

__________

 

En ce qui concerne le fait que tu te considères comme une esclave entre ses mains, et qu’il n’y a pas de différence entre toi et elle, et que s’il lui est permis de prendre du plaisir avec sa femme esclave sans mariage, il lui est permis aussi de prendre du plaisir avec toi sans mariage – comme tu le prétends -, ceci est une comparaison invalide et fausse, parce que cela s’oppose au texte de la législation islamique, et plus exactement, à une unanimité des savants, qui est : « La femme libre n’est pas comme la femme esclave en ce qui concerne la permission de prendre du plaisir avec elle, parce qu’il n’est permis de prendre du plaisir avec la femme libre qu’avec le mariage, lorsque la femme devient une épouse qui a des droits et doit accomplir des devoirs, tandis qu’il est permis de prendre du plaisir avec la servante [la femme esclave] après qu’elle soit devenue la possession de l’homme : {…et qui préservent leurs sexes [de tout rapport], si ce n’est qu’avec leurs épouses ou les esclaves qu’ils possèdent, car là vraiment, on ne peut les blâmer} [Les croyants : 5-6].

Donc, la relation de l’homme avec la femme libre et étrangère, n’est pas comme sa relation avec la femme esclave qu’il achète et devient sa possession, et qui est héritée comme l’argent est hérité, car elle ne possède rien, et elle est au service de son maître.   Islamtoday.com  2012

 

__________

 

La problématique du sexe en banlieue est un élément non négligeable dans la violence et les incivilités quotidiennes. Les jeunes « mâles » -souvent décriés à raison pour leur attitude machiste et sexiste à l’égard de la gent féminine- emploient le mot « niquer » à toutes les sauces et tendent volontiers le majeur. Pourtant, nombre d’entre eux sont contraints aux plaisirs solitaires devant un écran. Internet et vidéos porno sont souvent leur seule source d’éducation sexuelle.

Parfois, lors de rencontres sur la banlieue, je propose de créer un personnage de BD nommé Ali Bido. Celui-ci, sexologue ambulant, promènerait sa camionnette de cité en cité pour écouter et proposer son aide aux jeunes.

Après les éducateurs de rue, animateurs sportifs et « socio-cul », grands frères, pourquoi ne pas créer des éducateurs sexuels ?  Mouloud Akkouche sur Rue89

 

__________

3 réflexions sur « L’ère glaciale – 8 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *