Promenons-nous dans les bois – 5

La campagne est mitée par des mas dont la construction « traditionnelle » s’accorde plus à la piscine du jardin paysager qu’à la campagne provençale. Peu à peu les collines sont sillonnées de sentiers qui accélèrent l’érosion, et mettent à nu ce qui avait vocation à rester caché : les créatures des arbres.

Une pauvre fée qui avait connu des jours meilleurs du temps des paysans taiseux montre son squelette décharné aux adeptes de la marche nordique qui piquent de leurs bâtons mécaniques ce qui fut le lit creusé du chemin de son désir…

 

 

blog25_6_14_MG_0008

 

La pauvre me hèle, me voyant avec un appareil photo : « t’as vu mes seins, mon mignon ? ». Comment résister à ce désir sénile d’exhibition mammaire. Elle ne fera pas la couverture de magazines érotiques, mais je m’exécute en lui promettant hypocritement qu’elle sera élue reine de ces bois, et que de jeunes marcheurs aux mollets gonflés viendront de loin admirer l’opulence craquelée de cette féminité surnaturelle…

 

 

blog25_6_14_MG_0009b

 

 

__________

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *