La Sainte Trinité (ou l’apothéose de S. Loeb)

Le véritable prêtre de l’Etre suprème, c’est la nature ; son temple, l’univers ; son culte, la vertu ; ses fêtes, la joie d’un grand peuple rassemblé sous ses yeux pour resserer les doux noeuds de la fraternité universelle, et pour lui présenter l’hommage des coeurs sensible et purs. M. Robespierre

Tout ce qu’il nous est maintenant possible de connaître
est l’accomplissement du néant.
Voyez, je ne suis rien !
C’est une fin à laquelle on aspire
en ce monde des machines souveraines. D.H. Lawrence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *