Laisses

 

Ainsi louée, serez-vous ceinte, ô Mer, d’une louange sans offense.
Ainsi conviée serez-vous l’hôte dont il convient de taire le mérite.
Et de la Mer elle-même il ne sera question, mais de son règne au coeur de l’homme :
Comme il est bien, dans la requête au Prince, d’interposer l’ivoire ou bien le jade
Entre la face suzeraine et la louange courtisane.

Moi, m’inclinant en votre honneur d’une inclinaison sans bassesse,
J’épuiserai la révérence et le balancement du corps;
Et la fumée encore du plaisir enfumera la tête du fervent,
Et le délice encore du mieux dire engendrera la grâce du sourire …

Saint-John Perse

 

 

__________

 




 

Poésie pour accompagner la marche d’une récitation en l’honneur de la Mer.
Poésie pour assister le chant d’une marche au pourtour de la Mer.
Comme l’entreprise du tour d’autel et la gravitation du chœur au circuit de la strophe.

Et c’est un chant de mer comme il n’en fut jamais chanté, et c’est la Mer en nous qui le chantera :
La Mer, en nous portée, jusqu’à la satiété du souffle et la péroraison du souffle,
La Mer, en nous, portant son bruit soyeux du large et toute sa grande fraîcheur d’aubaine par le monde.

Saint-John Perse

 

 

__________

 




 

Toute licence, toute naissance et toute résipiscence, la Mer ! la Mer ! à son afflux de mer,
Dans l’affluence de ses bulles et la sagesse infuse de son lait, ah ! dans l’ébullition sacrée de ses voyelles – les saintes filles ! les sainte filles ! –
La mer elle-même toute écume, comme Sibylle en fleurs sur sa chaise de fer…

d’aubaine par le monde.

Saint-John Perse

 

 

__________

 




 

Ainsi la mer vint-elle à nous dans son grand âge et dans ses grands plissement hercyniens – toute la mer à son affront de mer, d’un seul tenant et d’une seule tranche.

Saint-John Perse

 

 

__________

 

 




 

Aimez, ô couples, les vaisseaux; et la mer haute dans les chambres !
La terre un soir pleure ses dieux, et l’homme chasse aux bêtes rousses ; les villes s’usent, les femmes songent… Qu’il y ait toujours à notre porte
Cette aube appelée mer – élite d’ailes et levée d’armes, amour et mer de même lit, amour et mer au même lit –
et ce dialogue encore dans les chambres :

Saint-John Perse

 

 

__________

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *